© Copyright 2010 Juliette Nadaud     -     Tous droits réservés

L'Iconoclaste

Enjeux de la querelle des images

        Qu'est-ce qui a bien pu conduire, par deux fois entre 725 et 843, les empereurs de Byzance à contester la validité des représentations divines à travers la peinture et à détruire, de façon rageuse et systématique, toutes les icônes du Christ, de la Vierge et des saints ?


       C'est en premier par rapport à une typologie de l'icône - en ce que celle-ci cherche justement à produire une "présence" -, ensuite en référence à certaines problématiques héritées de l'Antiquité, enfin sous l'influence des anicônismes biblique et musulman que peuvent être décelées les origines de cette haine des images. Mais c'est surtout à la lumière de ce qu'était l'empire byzantin au VIIIe siècle que sont mises au jour les raisons économiques, sociales et politiques, mais aussi esthétiques et théologiques, qui aboutirent à ce conflit d'une rare violence, aux persécutions innombrables, en sorte que très peu d'icônes antérieures à cette époque parviendront jusqu'à nous.


        A travers les figures légendaires et diabolisées de Léon III l'Isaurien, de Constantin Copronyme et de Léon V l'Arménien, sera retracée l'histoire de cette guerre des images avec, à mesure de leur développement, la restitution si possible impartiale des arguments qui s'affrontèrent autour de cette question centrale : la divinité éternelle et infinie de Dieu peut-elle être restituée, "circonscrite", par les moyens périssables et limités de la peinture ?


       Loin d'être une querelle purement "byzantine", ce débat amorcera la séparation entre empires romains d'Orient et d'Occident, catholicisme et orthodoxie, forcera l'Eglise à réfléchir aux vertus - et aux dangers - propres à l'image et à en définir les règles, influencera tout l'art occidental à partir des Primitifs italiens, inspirera en partie l'esprit du Protestantisme et de la Réforme. Il aura jusqu'à aujourd'hui, dans une société dominée par l'image, de sourdes conséquences sur certains aspects de l'art contemporain.