© Copyright 2010 Juliette Nadaud     -     Tous droits réservés

Extraits de presse

“Si Dieu existe" d’Alain Nadaud renoue avec les romans de sa première période, jouant sur la logique, la philosophie et le rationalisme théologique (…). On retrouve donc autour de saint Anselme, personnage principal du roman, le goût du romancier pour les objets intellectuels qu’il sait traiter comme des personnages de fiction dont les aventures créent, chez le lecteur, un étrange vertige."


Jean-Maurice de Montrémy, Livres Hebdo

“Saint Anselme est célèbre dans l’histoire de la pensée pour avoir entrepris le premier de prouver, par une démonstration purement logique, l’existence de Dieu. Alain Nadaud imagine que son secrétaire, Clermont de Chartrette, un jeune oblat incroyant qui mise sur le succès de son maître pour enfin trouver la foi, relate sans complaisance cette aventure qui sent le soufre. Le moine ne prétend-il pas s’affranchir de la révélation des saintes écritures afin de parvenir, à l’aide de sa seule raison, à dévoiler la face de Dieu ? Les tribulations intérieures du narrateur et son souci pédagogique entraînent le lecteur dans un univers où les aspirations les plus éthérées côtoient les motivations les moins avouables."


A. L., Le Figaro

“Foi et connaissance, mystère divin et faiblesses humaines : le roman érudit de Nadaud se place dans le sillage du "Nom de la rose", avec la même entêtante odeur de soufre."


Marie Chaudrey, La Vie

 

“Un univers se met en place, avec cette tangibilité et cette force d’évidence qui marquent chacun des livres d’Alain Nadaud. Non pas des textes désincarnés, mais des récits en lesquels des êtres de chair et de sang manient la spéculation et l’abstraction. L’éprouvent sur eux-mêmes. Mus autant par des idées que par des sentiments, des sensations, des désirs et des pulsions. La querelle théologique s’enracine ici dans l’épaisseur de la vie, prenant du même coup une captivante dimension romanesque."


Jean-Claude Lebrun, L’Humanité

“Alain Nadaud imagine, dans un texte étonnant qui tient autant du roman historique que du polar chrétien, les aventures, les affres et les questionnements du zélé penseur (…) Théologiens rigides s’abstenir. Reste que l’on dévore cette biographie romanesque en se cultivant autant qu’en se divertissant."


Xavier Houssin, Le Pèlerin

 

"Alain Nadaud, une fois encore, réussit un pari audacieux : fusionner le romanesque et l’intelligence. Puiser dans les hypothèses les plus novatrices la matière d’un récit sans en éloigner le lecteur."


Pierre Maury, Le Soir de Bruxelles

“Si le début du roman est un peu long, la description de sa quête, l’élaboration de l’argument ontologique, sa réfutation et les enjeux de pouvoir sont captivants. L’échec de l’argument signifie-t-il la faillite de notre intelligence ? Ou, comme le suggère Clermont de Chartrette, la simple inexistence de Dieu ?"


R. C., Les Echos

“Alain Nadaud écrit ses livres sur le vacillement de nos certitudes. Depuis "Archéologie du zéro", il traque l’excentrique, déshabille les vérités et les soumet à l’épreuve de la fiction (…) Très réussi, ce roman convaincra en toute logique ses lecteurs."


J.-D. Wagneur, Libération