© Copyright 2010 Juliette Nadaud     -     Tous droits réservés

Extraits de presse

"Mettre à l'abri toutes les images du langage et se servir d'elles, car elles sont dans le désert où il faut aller les chercher." Cette phrase de Genet, qui accompagnait une précédente exposition de Dominique Médard, convient assez bien à l'univers du romancier Alain Nadaud. Le lien a peut-être suffi pour que l'artiste prenne pour son nouveau défi littéraire un texte d'Alain Nadaud.
"Petit Catalogue des nations barbares" est un fragment de L'Iconoclaste, qui n'a pas trouvé place dans le roman. Pour mettre en scène cette obséante litanie de barbares improbables - liste de peuples imaginaires qui retrouve le goût de l'énumération si prisé depuis L'Iliade -, Dominique Médard a dessiné les corps voluptueux, allègres et colorés, qu'elle aime mêler aux éléments du monde végétal.


L'exposition de Dominique Médard est complétée par le superbe travail de l'artiste verrière tunisienne Sadika Keskes. Passionnée par les techniques ancestrales que, après des études à Murano, elle a retrouvées dans les pratiques phéniciennes et carthaginoises, la jeune femme a réalisé dans son atelier de Gammarth une série de bas-reliefs en pâte de verre qui revisite le texte du "Petit Catalogue" comme les gravures de Dominique Médard.
Elles sont réunies au couvent de Morsiglia (Haute-Corse) grâce à Marie Pinoteau, une artiste qui partage son temps entre ses ateliers de Lyon et de Brando. Elle a choisi ce beau site du versant occidental du cap Corse pour "croiser" ces mémoires méditerranéennes entre invention mythique et réminiscence historique."


Philippe-Jean Catinchi, Le Monde