© Copyright 2010 Juliette Nadaud     -     Tous droits réservés

       "Parmi les héros dont je partageais les aventures dans les livres que j'empruntais à la bibliothèque de la pension : agents secrets, bandits de grand chemin, chevaliers en armure, coureurs des bois, détectives privés, explorateurs, etc., il y en avait un qui demeurait auréolé de mystère et dont l'activité restait pour moi énigmatique : celui-là même qui avait donné naissance à tous ces personnages et qui, invisible en arrière-fond, en tirait les ficelles. J'enviais sa capacité à me tenir en haleine au récit des dangers qu'il leur faisait courir et qui me poussaient à prendre fait et cause pour eux comme s'ils existaient vraiment, à me transporter page après page dans des paysages créés par les seules puissances de son imagination, à me faire croire des choses qui n'avaient jamais eu lieu.


        Voilà, c'est dans ce rôle-là que j'aurais aimé être : à contre-jour sous la lampe, solitaire face au clavier de ma machine à écrire et néanmoins susceptible de me déplacer à volonté dans les mondes inexplorés de mes fantasmagories ; maître des rêves d'autrui, souverain de l'improbable."

 


Extrait de Comment je ne suis jamais devenu écrivain
"La Revue littéraire", éd. Léo Scheer (oct. 2010)

       "En vain, je tente de me rappeler le moment où j'ai pris la décision de devenir écrivain. Car je sais qu'un jour j'ai pris cette décision, même si, avec le recul, un tel aveu pourrait paraître dérisoire ou présomptueux.


        Pourquoi est-ce que j'essaie avec obstination de me rappeler ce moment-là ? Parce que, si les circonstances me restent floues, en revanche je n'ai pas oublié combien, lorsque j'ai pris cette décision, mon cœur s'est mis à battre. Et avec quelle force ! Comme si, au détour d'un escarpement rocheux, j'avais surplombé une plaine immense ; et comme si le chemin que j'avais emprunté était devenu si étroit qu'il ne m'était déjà plus possible de faire demi-tour.


          Une angoisse identique à celle que j'aurais éprouvée si j'avais eu rendez-vous avec une fille, pour lui déclarer par exemple que je l'aimais."

Alain Nadaud